Retour

La prime exceptionnelle de pouvoir d’achat s’adapte à la crise sanitaire et aux difficultés économiques en 2020

Elle avait été qualifiée d’« exceptionnelle » mais elle revient en 2020 ! Cette prime défiscalisée créée pour doper le pouvoir d’achat des Français, il y a un peu plus d’un an, a été reconfigurée en réponse aux difficultés économiques liées à la crise sanitaire. Pas de temps à perdre : il faut avoir versé cette prime avant le 31 août prochain pour bénéficier des exonérations fiscales et sociales.

prime exceptionnelle

La prime exceptionnelle de pouvoir d’achat reconduite en 2020

Une bonne nouvelle pour les salariés et pour les employeurs. La prime exceptionnelle de pouvoir d’achat, créée fin 2018, appliquée en 2019, est reconduite pour 2020. Ce bonus, parfois appelé « prime Macron  » a permis de verser, l’an passé, quelque 2,2 milliards d’euros à 5,5 millions de salariés, selon le bilan des services du Premier ministre. Un coup de pouce au pouvoir d’achat, particulièrement bienvenu pour les salariés modestes des petites et moyennes entreprises notamment. Le dispositif a en effet été apprécié au sein des TPE et PME. Autre aspect incitatif : cette prime est totalement exonérée de charges sociales et d’impôts pour le salarié comme pour l’employeur. 

 

La prime exceptionnelle de pouvoir d’achat, comment ça marche ?

Les employeurs peuvent verser une prime jusqu’à 2 000 € (contre 1 000 € seulement en 2019) à tous leurs salariés dont la rémunération brute n’excède pas trois fois le Smic mensuel brut sur les 12 mois précédents. Ce plafond doit être « proratisé » en cas de travail à temps partiel. À noter : les employeurs qui souhaitent verser une prime entre 1 000 € et 2 000 € doivent avoir mis en place un accord d’intéressement  ou bien en instaurer un d’ici au 31 août.


Cette prime exceptionnelle peut constituer l’occasion pour les entreprises d’envoyer un signal positif à leurs salariés. Elles peuvent par exemple, à travers ce geste, exprimer une forme de reconnaissance vis-à-vis des efforts consentis par les collaborateurs au cours des derniers mois, notamment pour tous ceux qui ont dû continuer à travailler dans des conditions plus difficiles en raison de la crise sanitaire ou fournir un effort supplémentaire lors du déconfinement. Un « plus » pour donner du sens, motiver, fidéliser les salariés et améliorer les performances de l’entreprise !

Le montant de la prime peut être le même pour tous les salariés.  La prime peut aussi être modulée en fonction de la rémunération, du niveau de classification, des conditions de travail liées à l’épidémie de Covid-19, du temps de travail inscrit au contrat travail ou de la durée de présence dans l’entreprise pendant l’année écoulée.

Les salariés intérimaires peuvent également en bénéficier. L’entreprise doit en informer la société de travail temporaire qui doit alors verser la prime selon les conditions fixées par l’entreprise utilisatrice. Le salarié intérimaire doit être mis à disposition de l’entreprise utilisatrice au moment du versement de la prime.

On parle bien d’une prime exceptionnelle, c’est-à-dire que la somme arrêtée par l’employeur vient s’ajouter à la rémunération habituelle des salariés. Elle ne peut en aucun cas remplacer – même en partie – la rémunération ou toute autre prime qui serait due par ailleurs. Elle ne peut pas non plus être considérée comme une augmentation.

Attention, pour être exonérée la prime exceptionnelle doit être versée avant le 31 août prochain !

Cette prime exceptionnelle complète parfaitement la mise en œuvre d’un dispositif d’épargne salariale qui bénéficie aussi d’exonérations fiscales et sociales.